REPONSES A VOS QUESTIONS
  • Combien as-tu payé ton cheval ?

 

J’ai acheté mon cheval 500 euros et l’ai revendu 45 jours plus tard 250 euros à des éleveurs de yaks et de brebis. Je l’ai trouver dans le village de Khaorkhin à 300 kilomètres de Oulan-Bator.

 

  • Comment faisais-tu pour te nourrir ?

 

Pendant la première étape de mon voyage, je transportais environ une semaine de vivres. Mais ça me durait bien plus longtemps parce que je mangeai la majorité du temps avec les nomades. Quand j’arrivais à cours de nourriture, je faisais en sorte de passer par un des nombreux villages de la steppe pour acheter des provisions.

Dans le désert, je portais sur mon dos environ dix jours de nourriture, à savoir des fruits secs, des noix, cacahuètes, amandes et des nouilles chinoises. Je mange très peu lorsque je marche ce qui explique ma perte de poids assez conséquente. Pendant toute la traversée, je me suis ravitaillé deux fois dans les rares villages que compte le désert de Gobi.

 

  • Comment faisais-tu pour boire ?

 

Dans la steppe, les cours d’eau et les rivières sont très nombreux donc cela n’a jamais été un problème, ni pour moi, ni pour mon cheval.

Dans le désert en revanche, j’ai organisé mon parcours en fonction des points d’eau et des puits qui s’y trouvent. Cependant, j’ai parfois dû boire de l’eau dans des marécages ou dans des flaques d’eau boueuse. J’ai aussi marché plusieurs centaines de kilomètres avec un cadi sur lequel j’avais attaché un bidon de 20 litres d’eau pour survivre dans la partie la plus aride de ma traversée.

 

  • Comment finances-tu tes voyages ? Quel budget nécessite un tel voyage ?

 

Pour financer mes voyages, je travaille parallèlement à mes études. Pour la Mongolie, j’ai aussi utilisé le crowndfunding pour financer le téléphone satellite qui m’a accompagné pendant ma traversée du désert.

Mais si je parviens à voyager autant en ne faisant que des jobs d’étudiant c’est parce que ma manière de voyager est très peu onéreuse. Je dors dans ma tente, je marche pour me déplacer, je mange des nouilles chinoises. Les endroits où je voyage sont sauvages, il n’y a pas de magasin, pas de restaurant, pas d’hôtels, il n’y a la majorité du temps nul part où dépenser son argent. Cette manière de voyager peut parfois être difficile et ne convient pas à tout le monde. Ainsi, à part le billet d’avion, mon budget pour 3 mois de Mongolie était très faible, les touristes qui voyagent de manière plus « classique », l’auraient utilisé en une semaine.

Pour se donner un ordre d’idée du coût de la vie dans un pays étranger, il faut regarder dans des guides les prix des restaurants et des hôtels.

 

  • Est-ce que c’est dangereux pour une fille de voyager seule en Mongolie ?

 

Il est difficile en tant que garçon de répondre à cette question parce que les gens ne se comportent pas forcément de la même manière si l’on est un homme ou si l’on est une femme, donc il se peut que mon impression ne soit pas exacte. En tout cas, j’ai eu le sentiment que les femmes étaient très respectées dans ce pays. Néanmoins, l’alcool est un problème dans ce pays, le plus sûr pour les voyageuses solitaires (et les voyageurs aussi d’ailleurs) est de planter sa tente à côté d’une yourte ou bien à l’abri des regards entre deux arbres. J’ai croisé plusieurs femmes seules pendant mon voyage donc c’est possible.

 

 

  • Commet faisais-tu pour communiquer avec les nomades ?

 

J’avais un dictionnaire franco-mongol que j’utilisais beaucoup au début. Je parlais aussi beaucoup avec des signes, des dessins, des regards. Puis j’ai commencé à apprendre plusieurs mots et à la fin je savais faire quelques phrases et j’arrivais à avoir des conversations très sommaires avec les nomades. Cela ne m’a jamais posé de problème, c’est juste une manière différente de communiquer.

 

  • Quel est le matériel essentiel à avoir pour partir ?

 

Des cartes précises, une boussole, un GPS, un briquet, une tente et un duvet.

 

  • Voyage-tu toujours seul ?

 

Oui

 

© ELIOTT SCHONFELD 2015. TOUS DROITS RESERVES.