ISLANDE 2014

Durant l'été 2014, j'ai accompli ma première véritable aventure. J'ai réussi à traverser en 17 jours les 400 kilomètres qui séparent la côte Sud de la côte Nord de l'Islande, hors sentiers, en solitaire et en autonomie totale.

La marche fut éprouvante en raison du froid, de la pluie, des montagnes à gravir et des rivières glaciales à traverser (sac à dos sur la tête et eau jusqu'à la taille), mais à mon arrivée, j'ai réalisé que j'étais désormais prêt à passer à l'étape supérieure. J'ai aussi réalisé qu'il était grand temps de faire une lessive. 

1/1

"Enfin cette journée en Islande me revient en tête : j’étais dans les derniers jours de ma traversée du pays et j’ai dû traverser une rivière assez violente qui me barrait la route. Je m’y suis repris à plusieurs reprises tellement le courant était impressionnant, mais j’ai finit par y arriver, le sac sur la tête et l’eau de 2°c à hauteur du torse. Complètement frigorifié, j’ai immédiatement repris la marche mais une tempête de pluie et de vent s’est déclenchée. A ce moment là j’étais à plus de 1000 mètres d’altitude et le sol n’était parsemé que de neige et de roches fourchues, il m’était impossible de planter ma tente. J’ai donc continué à marcher très tard, avec ma seule boussole comme repère, mes cartes n’étant d’aucune utilité dans un tel brouillard. Exténué, trempé et marchant sans vraiment savoir où aller, j’étais sur le point d’abandonner, de planter ma tente dans la neige et de passer la pire nuit de ma vie. Mais j’ai continué sur quelques kilomètres lorsque tout d’un coup le brouillard devant moi s’est dissipé une demi seconde, me laissant apercevoir un refuge. J’y ai couru de toutes mes forces et j’y ai trouvé la meilleure cabane de toute mon expédition. Au chaud sous des tonnes de couvertures, dans cet abri que je n’aurai jamais dû voir ni même croiser, je me rappelle avoir été un des hommes les plus heureux du monde."

© ELIOTT SCHONFELD 2015. TOUS DROITS RESERVES.