Amazonie, Dans les pas de Maufrais (2019)

Le 12 septembre 2019, je fêtais mon 46ème jour de solitude dans la jungle amazonienne. Je me trouvais sur la rivière de Camopi que je descendais sur mon radeau en bambou depuis 14 jours. Ce jour là, j'ai rencontré les premiers humains de toute l'expédition. 3 amérindiens du peuple Téko m'ont accueilli dans leur pirogue . On a chassé et pêché pendant 4 jours et puis ils m'ont ramené dans leur village. Je suis donc heureux de vous annoncer que ma nouvelle expédition est officiellement terminée.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette expédition est née d'un livre écrit en 1950, un livre qui a changé ma vie, Aventures en Guyane de Raymond Maufrais. Ce livre est le carnet de bord d'un explorateur de mon âge qui raconte chaque jour du défi qu’il s’était imposé : traverser seul toute la Guyane pour rejoindre les légendaires monts Tumuc-Humac, avec l’espoir de rencontrer une tribu d’indiens aux yeux bleus, très grands, vivant à l’âge de pierre comme la rumeur les décrivait...Tout le monde tenta de le dissuader de cette folie, lui promettant l'enfer et la mort, mais il ne s'est jamais détourné de son rêve. Raymond Maufrais n’est jamais revenu de cette expédition. Si un Indien Emerillon n’avait pas découvert en 1951 par un hasard miraculeux son carnet sur les bords du fleuve Tamouri, on n'aurait jamais su ce qui lui était arrivé. En lisant son récit j’ai eu l’impression de l’avoir connu depuis toujours. Page après page, je me suis senti terriblement proche de Maufrais malgré les 70 années qui nous séparent. Je me suis vu l’aimer comme un ami, comme un frère, sans jamais l’avoir rencontré. Alors j'ai décidé de retenter son expédition, de la finir, de finir son rêve.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces deux derniers mois, j'ai refait tout son parcours. J'ai remonté une rivière en pirogue, j'ai traversé à pied la jungle et puis j'ai atteint le lieu où Maufrais est mort de faim et de fatigue. De là, j'ai construit un radeau et j'ai descendu la rivière pour atteindre le village qui l'aurait sauvé, Camopi que je viens de quitter. Je suis la première personne à avoir réussi cette traversée en solitaire.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette expédition est la plus merveilleuse, la plus dure, la plus intense, la plus vraie, de toutes. La jungle, ce lieu où la vie déborde, ce lieu où la vie est permise m'a profondément changé et la quitter est bien difficile. Vivre chaque jour avec ses singes hurleurs, ses anacondas, ses caimans, ses loutres, ses toucans, ses iguanes, ses perroquets, ses colibris, ses fleurs, ses arbres immenses a été l'expérience la plus belle de ma vie.
Je n'ai pas pu vous donner beaucoup de détails sur cette expédition jusqu'à présent car le téléphone satellite marchait à peine et aussi parce que j'avais terriblement peur d'échouer très vite.


L'expédition est terminée, je vais enfin pouvoir tout vous raconter.

Je voudrai remercier les Bourses Aventure Labalette et La Guilde qui ont participé au financement de cette expédition.

Vous pouvez en savoir plus ici : http://la-guilde.org/bourses-aventure-labalette-2018-2/

© ELIOTT SCHONFELD 2015. TOUS DROITS RESERVES.